Brest à Venir s’engage pour la gratuité des transports en commun

3 février 2020 2 Par Christophe Osswald

Dunkerque, Calais, Compiègne : un mouvement prend de l’importance dans le pays, celui de la mise en place de la gratuité des transports en commun. Brest à Venir est la seule liste à proposer que Brest devienne la première métropole de France à permettre aux habitants de prendre le bus et le tramway gratuitement. Nous insistons sur le réalisme de cette mesure : à l’heure du changement climatique, la diminution des émissions de gaz à effet de serre est un impératif non négociable.

Le réalisme n’est pas de tenir des raisonnements aussi absurdes que l’actuel maire de Brest, qui répète à ce propos que “rien n’est jamais gratuit”. Avec ce genre de raisonnements, nous pouvons oublier tous nos services publics financés par la solidarité ! L’école, financée par les citoyens, est également gratuite, car l’éducation est un droit fondamental. Nous considérons que la mobilité l’est également : la gratuité des transports en commun permet de rendre ce droit effectif. C’est enfin une manière concrète de redistribuer les richesses.

Entre la voiture qui est inaccessible à beaucoup, les transports en commun hors de portée de plus en plus de portefeuilles, la ville se ferme à ses habitantes et habitants. Chacun doit pourtant pouvoir se promener au bord de la rade, vivre dans sa ville, aller au travail sans qu’il en coûte, se déplacer en dépit d’une capacité réduite de mobilité.

Nous avons chiffré cette mesure : les économies engendrées par la suppression de la billetterie et la fluidification du trafic, ainsi que la hausse du versement transport que paient les entreprises de plus de onze salariés financent l’essentiel de la mesure, le reste étant financé par une contribution du budget de la métropole. C’est une dépense minime pour une mesure aussi fondamentale. Nous assumons ce choix politique essentiel, qui répond aux urgences de notre époque, pour la justice sociale et climatique.

Il s’agit d’une mesure d’égalité et de justice sociale pour donner un droit réel à se déplacer dans la ville. La gratuité du service public des transports permettra de développer le réseau en créant de nouvelles lignes de bus en plus de la deuxième ligne de tram. Nous favoriserons la fluidité des transports publics par la suppression du temps de billetterie et de contrôle.  Les villes ayant mis en œuvre la gratuité des transports ont observé une augmentation rapide de la fréquentation1hausse de 70% à Dunkerque les deux premiers mois. Cela permettra d’augmenter la fréquence de passage sur les lignes secondaires et de dynamiser la vie des quartiers actuellement mal desservis. Plus de monde dans les transports et dans les rues, c’est aussi plus de mixité sociale, plus de sécurité et moins de tensions. Le développement du vivre-ensemble dans les transports, accompagné par un renforcement du corps des médiateurs, participera à rendre la ville plus agréable à vivre.

Face à l’urgence climatique et à l’effondrement de la biodiversité, la gratuité des transports permet d’engager pleinement la métropole dans cette lutte. La qualité de l’air de la ville sera améliorée grâce à la baisse du besoin d’utiliser des voitures individuelles, pour les usages occasionnels comme réguliers, ce qui réduira fortement les émissions de gaz à effet de serre et de particules fines. Notre tâcherons de mettre en place des navettes maritimes, intégrées au réseau de transports gratuits, qui relieront Plougastel au technopôle en passant par le Moulin Blanc et le port de commerce.