La responsabilité antisociale de François Cuillandre

20 janvier 2020 0 Par Pierre-Yves Cadalen

Dès le premier courrier de relance pour non-paiement de factures, la société Eau du Ponant, présidée par François Cuillandre, applique une pénalité de 10 euros aux Brestois qui n’ont pu payer à temps. Une telle mesure est inacceptable : si nos concitoyens n’ont pas pu payer, ils ne le pourront pas plus avec 10 euros de majoration ! L’adjointe au maire et salariée d’Eau du Ponant Karine Coz Elleouet prétend que « si les clients avancent un argument recevable », ils seraient exonérés de cette majoration. Encore faut-il le savoir ! 2400 factures sont concernées par ce dispositif. Ces pratiques d’Eau du Ponant sont inacceptables et renforcent notre conviction d’un retour en régie pour l’eau, notre bien commun.

Je souligne, conformément au rapport du commissaire aux comptes, que Brest Métropole Habitat, alors qu’elle perçoit les charges locatives de ses locataires, avait une créance de 4,2 millions d’euros vis-à-vis d’Eau du Ponant au 31 décembre 2018. Qu’en est-il de cette créance ? Cette procédure de cavalerie comptable est-elle toujours en vigueur au 31 décembre 2019 ? Quelle est la pénalité que François Cuillandre, en tant que Président d’Eau du Ponant, compte s’appliquer à lui-même, puisqu’il est également Président de BMH ? L’opacité des sociétés d’économie mixte et autres satellites créés par la majorité actuelle se vérifie encore une fois. Le cumul de tant de mandats par le même homme, l’actuel maire François Cuillandre, est malsain. Nous y mettrons fin et réintégrerons la SPL Eau du Ponant dans le giron municipal et métropolitain.