Lettre ouverte à Monsieur le Maire

5 mai 2020 1 Par Lili

Monsieur le Maire,

Vous avez certainement pris connaissance du protocole sanitaire établi par le Ministère de l’Education Nationale. Un protocole très lourd – 63 pages – qui fait le point sur les attentions particulières à avoir dans les écoles face au risque de reprise de l’épidémie de Covid-19. 

Ce protocole qui écrit noir sur blanc à propos de la distance d’un mètre : « Les différents avis scientifiques insistent sur la nécessité de la faire respecter tout en étant conscient de la difficulté que cela peut représenter, notamment pour les classes de maternelle. »

Un mètre… une distance qui a bien peu de sens, même pour des élèves de cycle 2, et qui est certainement envisageable avec des cyborg, mais pas avec des enfants. Dans cette ambiance particulièrement anxiogène, nos enfants vont donc devoir vivre dans des bulles distanciées d’un mètre, ne pas jouer ensemble ni au foot, ni au chat et à la souris, se regarder avec méfiance et surtout, garder leurs distances. 

Dans des situations bien moins angoissantes, nombre d’enfants viennent chercher la chaleur de leurs enseignants pour se sentir rassurés. Mais la semaine prochaine, les enseignants seront tenus de les écarter pour respecter ces règles et de les repousser ! Est-ce humain d’agir ainsi ?

Jeux interdits

Un peu plus loin, concernant les personnels, le protocole énonce « éviter de parler fort en face des collègues (se positionner en côte à côte plutôt qu’en face), et choisir un lieu ouvert (préau, extérieur) plutôt qu’une salle fermée. »Mais dans les classes, l’espace est fermé et nous aurons de nombreuses situations en « face à face » avec nos élèves d’élémentaire puisqu’ils ne devront pas bouger de leur chaise. Porter un masque en faisant classe est très bien sur une feuille de papier, beaucoup moins à l’usage. Avez-vous essayé de faire vos courses avec un masque et de vous exprimer chez la pharmacienne ou devant la caissière ? Alors projetez maintenant les choses dans une classe et voyez la possibilité de la chose…

Jeux dangereux

Le protocole indique également : « Il est nécessaire de sensibiliser et impliquer les élèves, leurs parents et les membres du personnel à la responsabilité de chacun dans la limitation de propagation du virus. »

Mais quelle est donc la responsabilité des enfants dans cette situation déplorable ? Nos enfants ne sont pas responsables ! Il n’est pas possible de les faire vivre dans cette ambiance qui va leur faire penser que tout ce qu’ils font est mal. Un adulte devra systématiquement nettoyer tout ce qu’ils toucheront : mais comment des enfants pourraient-ils ressentir cette chose sans se sentir mal ? On va leur apprendre qu’ils sont « sales », qu’ils portent le « mal » en eux, que nous nous méfions d’eux… Est-ce là le rôle de l’école ? Comment pouvons-nous espérer que ces enfants grandissent par la suite ? 

L’école est un lieu d’apprentissage et d’émancipation, un lieu où on essaie d’apprendre à chacun que nous sommes libres et égaux, qu’être citoyens, c’est prendre part aux décisions en essayant de comprendre les enjeux. 

Quels sont aujourd’hui les enjeux ? Faire reprendre l’économie en remettant les parents au travail et donc les enfants en garderie – car la réouverture n’est pas celle d’une école, mais bien celle d’une garderie dans laquelle les enfants seront en prison car ils n’auront rien le droit de faire si ce n’est être assis à une place sans bouger et écouter (en maternelle?!?). 

Vous êtes prêts à participer à cette aberration, qu’importe les plaies que porteront les générations futures ? Plaies provoquées par ceux qui auraient dû les protéger : les adultes.

De plus, si les écoles ouvrent plus personne ne pourra bénéficier du chômage partiel sans la preuve -un petit mot de l’école- assurant que son enfant ne peut être accueilli. Cela renforce les inégalités et les situations difficiles en agissant de la sorte. N’aurait-il pas été possible de renforcer l’entraide au niveau de la ville, à l’image des « chèques » de soutien mis en place sur la plateforme Kengo.bzh ?

Des enseignants vont retourner travailler alors qu’ils sont « à risque » ou qu’ils vivent avec des proches « à risque » parce que la pression sur leurs épaules est bien trop insoutenable. Des ATSEM également, qui n’oseront pas aller contre leur employeur.


Qui endossera la responsabilité en cas de contamination dans nos écoles, puisque nous ne pouvons exclure ce risque ? Les enfants ? Les enseignants ? Les ATSEM ? Les équipes municipales ? Le rectorat ? Le Ministère ?

Vous avez la possibilité de stopper cette reprise dès que vous le souhaitez. Nous sommes prêts à agir à vos côtés afin de soutenir nos concitoyens qui auraient besoin d’aide. Nous sommes prêts à vous soutenir dans la mise en place de politiques d’entraide au niveau de la ville. Mais nous vous appelons solennellement à arrêter ces démarches d’ouverture d’écoles et à relâcher la pression sur le corps enseignant et tous les personnels municipaux impliqués.

Vous avez votre mot à dire. Vous pouvez agir.